Entretien avec SAMUEL MERCURE

Texte : François Van Hoenacker
Images originales: Khoa Lê, John Londono

C’est le mercredi 14 septembre à l’atelier Jean Brillant qu’avait lieu la présentation de la collection printemps/été 2012 de Samuel Mercure. Entrevue avec le designer de mode masculine.

François Van Hoenacker : Comment décririez-vous vos deux collections ?

Samuel Mercure : Pour ma première collection, j’avais voulu imposer certaines règles esthétiques. J’ai travaillé avec différentes matières harmonisées par des coupes droites conjuguées au noir que j’affectionne particulièrement. Beaucoup de noirs différents, beaucoup de superpositions. Le résultat m’a semblé austère d’un point de vue extérieur, mais aussi très protecteur une fois qu’on porte les vêtements. C’était un peu l’idée de départ : créer une carapace, une structure moderne qui protège le naturel, le vulnérable.

Ma dernière collection (printemps/été 2012) est un peu devenue une suite, une nouvelle version de la première. Je trouvais important d’avoir une ligne directrice forte d’une collection à l’autre. Les coupes restent encore très droites et structurées, bien que certaines pièces soient beaucoup plus amples. Toutes de noir encore une fois, les matières de base sont principalement les mêmes, bien que de nouvelles fibres occupent une présence importante dans la collection printemps/été 2012. Je suis très heureux du résultat.

FVH : Qu’est-ce qui vous a poussé à vouloir devenir designer de mode?

SM : À vrai dire, ce n’était pas quelque chose de vraiment prévu. J'avais le désir de partir à l’étranger pour étudier, et quand mon choix s’est arrêté sur Paris, je n’y ai pas trop réfléchi. J’avais un intérêt pour la mode, mais à l’époque je n'étais pas certain que cela allait me plaire. Finalement la mode m’a beaucoup plu, et j’essaie le plus possible de suivre mes envies !

FVH : Pourquoi avoir choisi la mode masculine?

SM : Je suis très instinctif en ce qui concerne mes choix. Le choix de la mode masculine ne fait pas exception et se confirme un peu plus chaque jour. Les premiers créateurs qui m’ont inspiré étaient des designers faisant de la mode homme, j’ai toujours naturellement été attiré vers ça. Beaucoup croient que la mode masculine est limitée, qu’on ne peut pas tout se permettre contrairement à la mode féminine. Je ne suis plus de cet avis. Je pense même qu’à un certain niveau, on a encore plus de liberté.

FVH : Quels sont les designers de mode qui vous ont le plus inspiré ?

SM : Le travail de Raf Simons a toujours été une influence importante pour moi. L'art et la musique ont toujours occupé une place centrale dans le processus de création et les présentations de Simons, et c’est une démarche qui m’inspire énormément. Sinon je pense à des créateurs tels que Helmut Lang, Complex Geometries, Romain Kremer, Miharayasuhiro, Damir Doma

FVH : Comment trouvez-vous votre inspiration pour vos collections ?

SM : J’emmagasine énormément de matériel visuel. J’en absorbe l’essentiel. Ce n’est pas vraiment ce qui me donne des idées concrètes pour mes créations, mais plutôt ce qui me motive à créer. Je peux voir une image qui me plait, et tout de suite l’envie de construire quelque chose de beau se manifeste. Je pense que ma première collection était vraiment le résultat de beaucoup d’idées disparates mises en ordres, démêlées et contrôlées. J’ai pris cette première collection comme point de départ. Cela dit, d’un point de vue plus concret, je n’ai pas de méthode, pas d’étapes précises. Je commence tout juste à apprendre comment faire les choses, et dans quel état d’esprit je dois les faire.

FVH : Quels sont les principaux défis pour un designer en matière de mode masculine?

SM : Ça dépend toujours de ce qu’on veut en faire. Pour moi, le principal défi en ce moment est de présenter un travail de qualité. À mon avis, la mode masculine permet autant de liberté que la mode féminine, voire plus. Le défi c’est d’en donner la preuve aux garçons, leurs donner l’envie de cette liberté.

Les créations de Samuel Mercure sont maintenant disponibles à la boutique Denis Gagnon, au 170B Saint-Paul Ouest.

Catégorie(s): Évènement